Thermo infra rouge stimulée pour la conservation des peintures murales

Début du programme : 2011- 2012
CICRP : Jean-Marc Vallet (coordinateur français)
Partenariat(s) : Laboratoire de Recherches des Monuments Historiques, Université de Reims, IDK (Allemagne), IESL-FORTH (Grèce), IGN, MAP-GAMSAU, école d’art d’Avignon, chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, atelier de restauration SINOPIA, Conservation Régionale des Monuments Historiques Languedoc- Roussillon

Le but de ce programme, complémentaire du précédent, est d’évaluer la faisabilité d’utiliser la thermographie infra rouge comme une technique non destructive qui permette la détection des vides ou de toute modification affectant une œuvre patrimoniale (peinture murale, peinture sur bois ou sur toile, œuvre d’art contemporain en résine) sous sa surface. Ce développement entre dans le cadre d’un projet du CICRP plus vaste visant à évaluer tout un panel de techniques non invasives et sans contact dont le couplage permettrait la réalisation d’un diagnostic à distance de l’état de conservation de ces objets patrimoniaux.

Plusieurs campagnes d’acquisition de données ont été effectuées sur les peintures romaines de la villa Kérylos à Beaulieu sur Mer, dans la chapelle Saint Pierre à Villefranche-sur-Mer, le plafond peint de la cellule du Père Prieur (Chartreuse de Villeneuve lès Avignon), la chapelle peinte d’Innocent VII (Chartreuse de Villeneuve lès Avignon).

Ce projet a connu une extension avec la collaboration franco- allemand avec le laboratoire IDK de Dresde après un programme « Etude par thermographie infra rouge stimulée des variations de diffusivité des biens culturels avec la profondeur » retenu pour la période 2011-2012 dans le cadre des projets Hubert Curien du Ministère des Affaires Etrangères.


Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *