Conservation des gravures du Mont Bego

Début du programme : 2006
CICRP : Jean-Marc Vallet (pilote), Philippe Bromblet
Partenariat(s) : Aix-Marseille Université, Université Paul Sabatier, Toulouse, Service Régional de l’Archéologie et Conservation Régionale des Monuments Historiques (CRMH) Provence-Alpes-Côte d’Azur, Parc national du Mercantour

Le programme initié par le Service archéologique régional PACA vise à établir les cinétiques de dégradation des gravures rupestres de la vallée des Merveilles (altitude des sites supérieure à 2200 m) et à mettre en place un modèle prédictif visant à évaluer les risques et la vitesse de disparition totale des gravures dans différents cas de référence. Il a pour but de proposer des méthodes de conservation et de restauration appropriées aux différents cas de figure rencontrés (site, lithotype, type de dégradation).

Gravure

Gravure lessivée et érodée, avec développement de cyanophycées
(Vallée des Merveilles, photo J.-M. Vallet – C.I.C.R.P.)

Les travaux ont débuté par l’étude de l’origine de la couleur superficielle rouge des roches gravées. Une campagne d’investigations menées sur site et en laboratoire de plusieurs ensembles de gravures a permis de montrer que les pierres gravées étaient diversement colorées (orangé, rouge, violacé), par des processus semble-t-il différents. Certaines de ces colorations résultent de la transformation de la roche supportant les gravures, d’autres sont dues à des dépôts de matière d’origines variées. Les travaux actuels visent à dater de manière relative ces colorations et à développer différentes approches pour appréhender les phénomènes de dégradation et leurs cinétiques afin de définir de manière optimale les mesures conservatoires à apporter.

Publications :

  • Poster au XIVe congrès international sur les argiles (Castellanetta Marina, Italie, 2009)
  • Poster au 12th International Congress on the Deterioration and Conservation of Stone (New York, Etats- Unis, 2012)