Imagerie scientifique

Imagerie scientifique - CicrpL’imagerie scientifique est une étape importante en amont de l’étude et de la restauration au CICRP. À l’arrivée de l’œuvre, un dossier complet est réalisé. Il servira au diagnostic de son état. Quand il n’est pas possible de la déplacer, nous procédons à des missions extérieures d’imagerie.

• Les photographies en lumière directe, face et revers, sont un constat de l’état de l’œuvre (avant, pendant ou après sa restauration).

• Les photographies dans l’infrarouge permettent de visualiser les couches sous-jacentes de la peinture, de mettre en valeur certains dessins préparatoires ou repentirs non visibles en lumière directe.

• Le montage d’images en infrarouge fausses couleurs est un artifice d’affichage permettant de différencier des pigments utilisés qui ont le même aspect en lumière directe, mais sont issus de pigments différents en réalité. Inversement ce montage permet de voir l’utilisation d’un même pigment à différents endroits dans une œuvre.

• La lumière transmise consiste à éclairer l’œuvre par l’arrière pour faire ressortir les manques de couches picturales, les craquelures, les trous d’envol d’insectes…

• Les photographies en lumière rasante mettent en évidence les accidents du support, ainsi que les craquelures, soulèvements et empâtements.

• Les photographies de fluorescence d’ultraviolets permettent de visualiser les restaurations superficielles. La lumière violette provoque la fluorescence de certains corps chimiques comme le vernis de surface par exemple. Des zones plus ou moins sombres révélant les interventions posées sur le vernis apparaissent.

• La radiographie est une image obtenue par transmission de rayon x au travers de l’œuvre. Les matériaux les plus denses arrêtent le rayonnement et apparaissent en clair sur la radiographie, tandis que les matériaux plus légers apparaissent plus sombres. Des compositions sous-jacentes réalisées avec des matières picturales de composition chimique dense se visualisent clairement à la radiographie.