Charte RIPAM

logo RIPAM-web

En 2005, des chercheurs, universitaires, historiens, scientifiques du patrimoine, architectes, conservateurs issus de pays et d’institutions du bassin méditerranéen ont souhaité établir des liens privilégiés autour des enjeux du patrimoine architectural.
Ils ont ainsi initié des rencontres alternativement de chaque côté des rives de la Méditerranée, à Meknès (Maroc) en 2005, à Marrakech (Maroc) en 2007,à Lisbonne (Portugal) en 2009, à M’sila (Algérie) en 2012, à Marseille (France) en 2013.
Ces rencontres ont réaffirmé à chaque fois la volonté de les pérenniser, de partager des connaissances et de conforter la conservation du patrimoine bâti dans les politiques et consciences nationales.
Leur succès avec plus d’une centaine de participants par édition a aussi montré le besoin de les structurer pour mieux faire connaitre et accroître ce réseau de compétences et faire de cette heureuse initiative de près de 10 ans une rencontre incontournable pour le patrimoine architectural méditerranéen.

La présente charte définit cet esprit de coopération et les modalités de réalisation des RIPAM pour leur donner une identité commune forte dans le respect de chacun.

Les RIPAM sont à la fois des rencontres et un réseau de personnes et d’institutions œuvrant à la connaissance et à la conservation du patrimoine architectural et urbain méditerranéen.

La communauté RIPAM regroupe des universitaires, des responsables de biens patrimoniaux, des professionnels de la conservation et de la restauration, des scientifiques du patrimoine, des professionnels de l’architecture, des urbanistes…. qui étudient, analysent et travaillent sur tous les types et composantes de ce patrimoine architectural : histoire, type architectural (urbain, rural, industriel, officiel, domestique, …), archéomatériaux et conservation matérielle,

techniques de construction et de conservation, structure urbaine et urbanisme, réalisation architecturale, méthodes d’analyse et d’investigations, documentation et archives d’architecture, législation et réglementation, gestion et valorisation, mesures de prévention……….

Principes généraux

Les RIPAM constituent un lien privilégié pour échanger et dialoguer sur ces sujets, présenter des travaux de recherches, de conservation ou de mise en valeur.

Elles reposent sur les principes et objectifs suivants :

> Connaitre et faire connaitre le patrimoine architectural et urbain méditerranéen afin de participer à sa conservation, sa transmission aux générations futures et sa valorisation, dans le cadre des études et politiques patrimoniales en lien étroit avec les enjeux du monde méditerranéen contemporain ;

> D’assurer à cette connaissance et à sa diffusion une haute valeur scientifique, une diversité d’approches dans l’affirmation d’une communauté méditerranéenne et le respect des spécificités de chacun ;

> D’assurer un équilibre entre les pays méditerranéens participants aux RIPAM notamment par le respect de l’alternance des lieux des rencontres ;

> De favoriser une solidarité organisationnelle permettant aux participants de chaque pays méditerranéen d’assister aux RIPAM ;

> De favoriser les échanges et le partage d’expériences.

 

Pour se faire, la communauté RIPAM

> Crée un réseau de contacts et d’échange d’information sur la thématique du patrimoine architectural et urbain méditerranéen ;

> Réalise tous les deux ans un colloque dans l’un des pays méditerranéens dont la candidature a été retenue ;

> Définit une organisation permettant de répondre aux principes énoncés et à la réalisation des colloques.

 

• Organisation des RIPAM

La communauté RIPAM se dote des moyens de fonctionnement suivant :

Un Comité permanent :

– Fonction

> Garantir l’esprit des RIPAM et assurer leur pérennité ;
> Dynamiser et mobiliser les réseaux notamment les réseaux nationaux de compétence ;
> Assurer la diffusion et la communication sur les RIPAM auprès de la communauté et de toute personne ou institution intéressée ;

> Superviser l’organisation des colloques en assurant :

  • la gestion de l’appel à candidature pour l’organisation des futurs RIPAM,
  • la désignation de l’instance organisatrice du colloque,
  • l’accompagnement du comité d’organisation local créé à cette occasion,
  • l’appui à la bonne organisation : dates des RIPAM, frais d’inscription, appel à contribution, circulaires, publication des actes…

– Composition

Le Comité permanent se compose de deux représentants au maximum (de chacun des comités d’organisation locale des 5 derniers RIPAM et des 2 à venir, assisté du secrétaire général.
Lors des réunions du comité permanent, la présidence de séance est confiée à tour de rôle à l’un des membres du comité permanent.
Il se réunit au moins une fois par an.

Le comité permanent confie pour 4 ans – soit pour 2 sessions RIPAM – le secrétariat général à une personne morale ou à une institution issue du comité permanent. Le secrétaire général est élu à la majorité des membres présents.

 

Un Secrétariat général

Il assure la coordination et la diffusion auprès des membres du comité permanent
A ce titre, il propose l’ordre du jour, la date, le lieu des réunions du comité permanent. Il assiste aux réunions et rédige les comptes rendus des réunions.
Il assure la diffusion de toute information par tous les moyens possibles auprès du réseau de la communauté RIPAM. Pour cela, il constitue un fichier, des mailings de la communauté des RIPAM…..
Il assure le lien entre le comité permanent et le comité d’organisation locale.
Le secrétariat général est assuré par le CICRP de 2014 à 2017 et Roland May a été désigné secrétaire général de 2014 à 2017

 

Un Comité d’organisation locale

Pour chaque colloque, l’instance organisatrice crée un comité d’organisation local dans le pays dont la candidature a été retenue par le comité permanent.

Le comité d’organisation locale est chargé de l’organisation de la session des RIPAM  dans le respect du cahier des charges (cf. ci-dessous) : appel à communication, organisation matérielle et logistique, diffusion et communication sur la session des RIPAM, mise à disposition des congressistes au moins d’un recueil des résumés des communications…..

Il désigne en son sein 2 représentants qui seront membres du comité permanent.

Il constitue un comité scientifique incluant le comité permanent. Le comité scientifique est chargé d’examiner les propositions de communication, de les sélectionner et d’établir le programme scientifique des RIPAM. Il est chargé aussi de sélectionner les articles à publier.

Il assure la publication et la diffusion des actes du colloque et établit un bilan d’activité communiqué au comité de pilotage.

 

• Les Colloques RIPAM : Organisation et cahiers des charges

Afin de garantir la valeur scientifique et l’équilibre des colloques RIPAM, les principes suivants sont définis et garantis par le Comité permanent:

Les colloques auront lieu tous les deux ans. Un appel à candidature et un calendrier sont lancés lors de la séance de clôture d’une RIPAM par le Comité permanent pour le RIPAM N+2 (ex appel à candidature pour les RIPAM 8 (2019) lors des RIPAM 6 Tunis, 2015).

Lors des communications orales du colloque, le comité d’organisation local facilite l’accès et la compréhension des communications en assurant la traduction dans l’une des langues officielle internationale.

Les publications et supports de diffusion se font dans l’une des trois langues suivantes : anglais, français ou arabe complétées par un résumé au moins dans l’une des deux autres langues.

L’organisation matérielle est assurée par le comité d’organisation locale.

Charte revue et Adoptée à Meknès le 28 février 2015
 Kamel Said, Mustapha Haddad Ripam 1, Université de Meknès, Maroc, 2005.
Mili Mohamed, Ripam 4, Université de M’sila, Algérie, 2012.
Roland May et Philippe Bromblet, Ripam 5, CICRP, France, 2013
 M Fabio Fratini, Ripam 7, Italie, 2017