Durée : 2009-2010
CICRP : Katia Baslé (pilote), Philippe Bromblet

L’objectif de cette étude est de comparer différentes méthodes existantes de nettoyage avec celle par cryogénie sur divers matériaux (cuir, papier, plâtre) dont le nettoyage est problématique. Le gommage (smoke éponge et micro-aspiration, gomme bicolore), le sablage fin (farine de verre, microfine de verre), le microsablage (alumine), le laser, et les pelables ont été testés pour éliminer diverses salissures rencontrées sur chaque support (encre, graisse, moisissures, croûte noire…). Les résultats des essais de nettoyage ont été évalués visuellement à l’oeil nu, sous loupe binoculaire et au microscope électronique à balayage (MEB).

Les résultats mettent en avant les avantages et les limites de la cryogénie sur chaque matériau.

Publication :

Rapport de stage Marie-Amandine Bellet, Master recherche 2 méthodes physiques appliquées aux matériaux du patrimoine, Université de Bordeaux.


Début du programme : 2011
CICRP : Philippe Bromblet (pilote)
Partenariat(s) : A-Corros (Arles), restaurateurs : Alessandro Ingoglia, Emmanuel Desroches, Olivier Rolland, Sébastien Aze

Le CICRP a souhaité d’une part définir un cahier des charges des dessalements par bain et d’autre part évaluer les possibilités d’utiliser l’électrophorèse pour optimiser l’efficacité de cette intervention.

Plusieurs chantiers de restauration ont fait l’objet d’un suivi approfondi pour déterminer avec l’aide des restaurateurs et architectes les principales difficultés rencontrées au cours des dessalements par bains et adapter la méthodologie. Par ailleurs, un stage de recherche a été réalisé pour tester l’électrophorèse. Des tranches de colonne très détériorées et contaminées par les sels solubles ont été utilisées pour des essais comparatifs de dessalement par bains statiques et par bains électrophorétiques en faisant varier les réglages (intensité du courant, électrodes etc.) Les résultats n’ont pas permis de montrer un gain d’efficacité de la méthode électrophorétique tout en confirmant les baisses de pH et les risques d’attaque de la pierre au cours du dessalement par électrophorèse. Des améliorations techniques (membranes osmotiques) sont à envisager pour améliorer l’efficacité de la technique.

Publications :

  • Rapport de stage de Sabrina Brunel stagiaire de la Licence Pro de conservation/restauration du patrimoine bâti d’Arles (Université Aix-Marseille) : « Apport de l’électrophorèse au dessalement de la pierre par bain en termes d’efficacité et d’innocuité ».
  • « Les dessalements par bain, des protocoles à optimiser », journée technique ICOMOS, Philippe Bromblet, communication.
  • Bromblet Ph., Vergès-Belmin V., Franzen C., Aze S., Rolland O., « Toward an optimization of the specifications for water bath desalination of stone objects », Salt weathering on buildings and stones sculptures, Proceedings from the International Conference, 19-22 october 2011, Limassol, Cyprus, 2011, p.397-404.

Début de programme : 2012
Pilote CICRP : Jean-Marc Vallet
Partenariat(s) : CNR-ISAC, Italie, LRMH, le Consiglio Nazionale delle Ricerche (Istituto di Scienze dell’Atmosfera e del Clima et Istituto di Chimica Inorganica e delle Superfici), le Nederlandse Organisatie voor Toegepast Natuurwetenschappelijk Onderzoek, la Fundacion TECNALIA Research & Innovation, Fraunhofer- Gesellschaft zur Foerderung der Angewandten Forschung E.V, AIDICO. Instituto Tecnológico de la Construcción, R.E.D. S.R.L., NANO TEGO INC., Bofimex Bouwstoffen B.V., Metropolitankapitel der Hohen Domkirche Köln – Dombauverwaltung, Opera di Santa Croce Firenze, Eschlimann Atelier de restauration –Peinture, T_O_P Oberflächen GmbH, SC DUCT SRL.

Le projet européen « nanomatch » (Nano- systems for the conservation of immoveable and moveable polymaterial Cultural Heritage in a changing environment), coordonné par A. Bernardi (CNR-ISAC, Italie), a débuté à la fin de l’année 2011 pour une durée de 3 ans. Il a pour but de développer deux produits de conservation issus de la nanotechnologie applicables sur les pierres, le bois, peints ou non, le verre, qui assurent de meilleures compatibilité, efficacité, durabilité, que des produits conventionnels tout en respectant l’environnement. Le CICRP apportera sa contribution dans le cadre des travaux d’évaluation de compatibilité de ces produits, pour ce qui concerne les travaux conduits par le LRMH sur la pierre et les peintures murales.