Title Image

Conservation des temples et tombes égyptiens

Programme : 2017-2022

CICRP : Philippe Bromblet (pilote), Jean-Marc Vallet, Emilie Hubert-Joly

Partenariats : Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO, porteur, Le Caire), Musée du Louvre, Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (LRMH), Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France (C2RMF), Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), Fondation Khéops, Université de Montpellier II (hydrogéologie)

Sollicité par le musée du Louvre (Département des Antiquités Egyptiennes, DAE) et la fondation Khéops, le CICRP avait participé en 2017 à deux missions d’expertise sur deux tombes (nécropole de Tanis et TT33 à Louxor). Ces missions ont été le point de départ d’une série d’études sur les matériaux de l’Egypte antique et leur conservation en collaboration avec le DAE, l’IFAO et la Fondation Khéops.

Les échantillons prélevés lors de la mission de 2017 ont été analysés par des laboratoires égyptiens. Plusieurs réunions de restitution se sont tenues durant l’année. Les rapports définitifs concernant les deux tombes sont en cours de rédaction.

Par ailleurs, une nouvelle mission s’est déroulée du 21 au 28 octobre 2018 avec un hydrogéologue de l’Université de Montpellier (Séverin Pistre) pour faire le lien entre les observations et les analyses faites sur les pierres de la nécropole de Tanis et le fonctionnement hydrogéologique du site (niveaux de la nappe phréatique, importance des ruissellements de surface, inondations, chimie des eaux, propriétés des sols et sédiments…). Une mission s’est tenue en 2019 pour relever manuellement les piézomètres existants et étudier la perméabilité des sols.

Un ambitieux programme de conservation et de valorisation du site de Tanis a obtenu un financement sur 2 ans, 2019 et 2021 (Fonds de Solidarité pour les Projets Innovants (FSPI), Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères), dans lequel le CICRP s’est engagé pour apporter son expertise aux études (hydrogéologique, en conservation, couverture photographique 3D…) et dans les interventions prévues (réalisation d’abris, mise en place d’un pompage de rabattement de la nappe phréatique, essais de restauration des peintures…).

La mission qui aurait dû se tenir à l’automne 2020 ayant été annulée, une demande de prolongation d’un an du projet FSPI a été faite auprès du MEAE. Si elle est accordée, une mission sera organisée en 2021 pour analyser les techniques de peinture in situ (fluorescence X portable, microRaman) et sur quelques prélèvements (stratigraphie, MEB, analyse des liants organiques par GCMS…), réaliser les relevés par imagerie scientifique de l’ensemble des décors peints et superviser l’acquisition par un prestataire d’une couverture orthophotogrammétrique en vue d’une reconstitution 3D des tombes et de leurs décors peints. Ce sera aussi l’occasion de préparer la mise en place d’un système de rabattement par pompage de la nappe phréatique en relation avec les toitures de protection en cours de construction.