Title Image

Nature et origine de matériels issus de fouilles archéologiques : cas du site de La Tournerie

Début du programme : 2016
CICRP : Jean-Marc Vallet, Philippe Bromblet
Partenariat(s) : UMR Centre Camille Julian-Service Régional d’Archéologie, CINaM, Parc du Mercantour, UMR ARTEHIS (Dijon), UMR CEPAM (Nice), ARCO (musée de Côme), EFS-ADES (Marseille), CEREGE (Aix en Provence), UMR Géoscience (Montpellier), musée des Merveilles (Tende)


Le sanctuaire gaulois de la Cime de la Tournerie, localisé dans les Alpes méridionales sur la commune de Roubion (Alpes-Maritimes), correspond à une découverte majeure pour la protohistoire régionale. Les fouilles qui y sont menées soulèvent des problématiques nouvelles liées à l’origine ou à la caractérisation de matériaux. Des analyses physico-chimiques de matériaux et objets issus de fouille ont été réalisées depuis 2016 pour identifier, déterminer leur nature, tracer leur origine et dans certains cas, faire des préconisations en matière de conservation.
Ainsi, la présence d’un four à chaux ayant livré une datation radiocarbone antérieure à la fin du IIIe s. av. J.-C. a soulevé la question de la fabrication et des usages la chaux au cours de l’âge du Fer. Ce questionnement a conduit à s’interroger sur cette problématique énoncée depuis plus d’un siècle par les archéologues et demeurée pour l’instant sans réponse.


En 2020 a été poursuivi le travail de thèse mené par Romain Bussone (université de Montpellier) sur la détermination de la provenance des bronzes découverts sur le site en croisant données archéologiques, cristallochimiques et isotopiques (Cu, Pb).