Title Image

Utilisation des gels insecticides pour la protection des œuvres patrimoniales en bois : protocole, préconisation et limite d’emploi

CICRP : Fabien Fohrer
Partenariats : Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB), Direction Santé Confort / Division : Agents biologiques et aérocontaminants, Isabelle Lacaze : Ingénieure de recherche microbiologie, Stéphane Moularat : Docteur en science biochimie et responsable de la R&D Métrologie des Aérocontaminants


Les gels insecticides sont de plus en plus souvent employés contre les insectes xylophages, pour la protection des œuvres en bois et notamment celles non démontables et présentes dans les monuments historiques par exemple.
De par leur grande pénétration dans le bois, leur faible toxicité, leur facilité d’emploi et leur faible coût, ces gels pourraient être employés de manière plus étendue sur un panel d’œuvres en bois présentes dans de nombreuses institutions patrimoniales (châssis et cadres de peintures, objets ethnographiques et composites, encadrement de céramiques,..).
Cette recherche permettra de retenir un ou plusieurs produits et de donner une liste de préconisations, notamment des protocoles de traitement, adaptées aux divers matériaux retenus lors de l’étude.

En 2021, la phase finale de cette étude, prévue en 2020 et reportée en raison de la COVID 19, permettra d’évaluer le taux de pénétration de ces molécules dans le bois brut ainsi que sur le bois enduit de diverses finitions (vernis, cires, peintures,…), à partir des produits sélectionnés.
Une partie de ce travail a été réalisée à partir du protocole analytique en GC-MS et a permis de détecter les substances actives (Perméthrine) présentes dans le bois, un an après l’application d’une des formulations insecticides. La finalité de cette étude sera d’établir et mesurer l’épaisseur maximale de pénétration dans le bois des molécules actives, ainsi que leur rémanence dans le temps (de une à plus ou moins cinq années).

error: Le contenu de cette page est protégée